Kapas

Bon le problème de piratage n’a pas été résolu et j’avoue que je n’ai pas très envie de passer trop de temps avec ça. Il y a tellement mieux à faire…… Après une matinée « intendance », la journée continue avec l’après-midi « bus ». Près de 400 km à faire, ça prend du temps. La route est belle mais on se traine. Arrêt technique 1h30 après le départ. 3 raisons de s’arrêter……Mosquée, toilette, repas. Par ordre d’importance. Heureusement le site choisi regroupe les 3. Pour notre part, nous zappons le premier …….et nous zappons le dernier…..on vient de taper dans nos crackers alors l’appétit est parti. La route reprend, une fois toutes les activités satisfaites pour tous. Les paysages ne sont pas topissimes. Entre les forêts en cours de…….déforestation pour projet de plantation de palmiers à huile, et les sites pétrochimiques Pétronas, nous ne savons où donner de la tête. Heureusement nous longeons la côte et avons de belles échappées vers la mer de Chine et ses plages immenses. Nous demandons l’arrêt du bus avant le terminus, mais tout près de l’hôtel  que nous avons réservé à Marang. Nous n’avons qu’à traverser la rue et nous y sommes. Un peu loin des sites de restauration, mais très gentiment le gérant va nous chercher du riz et du poulet en scooter. Pour la bière…….hum pas de ça chez les musulmans…..il nous prête le scooter pour aller au 7/11 en chercher. Mais au 7/11 point de bière ni d’une autre boisson alcoolisée….. En fait il y a quelques métiers ici qui n’ont aucune chance de rentabilité. Vendeur de boissons alcoolisées, de maillots de bain (ils se baignent tout habillés), et de crème solaire (pour la raison précédente).

ZZ

Toute une famille logeant à l’hôtel se rend sur l’île de Kapas ce matin comme nous. Chouette ! ils  nous emmènent en voiture jusqu’à la jetée. La traversée n’est pas longue, 6km seulement séparent l’île de la côte. Un petit bateau rapide nous emmène à toute vitesse sur la houle qui  fait sauter le bateau et crier de peur et de joie les occupants. C’est étonnant la joie de vivre qu’ont les Malais, ils ne pensent qu’à s’amuser et rigoler, malgré leur religion « assez » stricte. Car, c’est évident plus on monte sur la côte est plus la religion est forte. Sur l’île nous n’avons rien réservé, car rien trouvé de potable sur les sites booking ou agoda. On commence donc la tournée des hôtels dès l’arrivée. On essuie plusieurs échecs d’affilé. Full, full, full, full. Alors dès qu’on nous dit ok, ya de la place, on prend, même s’il s’agit de l’établissement vu sur agoda avec des commentaires catastrophiques. Et c’est vrai que c’est catastrophique…..mais on a un toit. C’est sale, moisi, la bouf est dégueu, mais…. C’était çà ou retourner ce soir sur le continent, alors ça sera ça ! En attendant nous profitons du décor. Plage de sable blanc, mer turquoise, et poissons multicolores, hum ! C’est le bonheur. Dommage pour moi que les démangeaisons des mouches de sable soient une torture, que j’arrive à calmer en me mettant à l’eau, ou bien en prenant une douche en pleine nuit quand c’est trop insupportable. Le lendemain au réveil….il pleut, mais il pleut vraiment, de la bonne grosse pluie. Le temps du petit déjeuner, ensuite le ciel reste couvert mais il ne pleut plus. On peut donc partir découvrir la partie de l’île que nous n’avions pas vue hier. Cette île est très belle, et à du avoir des infrastructures modernes à une certaines époque……l’investissement touristique date des années 90 et n’a jamais été entretenu depuis, c’est une misère, tout est en piteux étant et pourtant on sent qu’il y a eu une période faste. C’est un peu le problème général en Malaisie, les investissements ont eu lieu, mais il n’y a pas d’entretien. Nous prenons le bateau à 15h, alors que le soleil est revenu, pour continuer notre route vers Kuala Terraganu. Grosse ville dans laquelle nous avons réservé un hôtel près du terminal des bus. A l’adresse de l’hôtel pas de réception, il faut aller chercher les clés ailleurs, un ailleurs que nous avons bien du mal à trouver. On tourne, on cherche, on demande, et…..on trouve. Après tout ça on se boirait bien une petite bière. C’est vendredi, tout est fermé, et les seuls magasins ouverts, les 7/11, n’ont pas de bière. Les bars ? ils servent du thé ou des soft drinks. Ah on cherche des tongs aussi, celles de BB on déclaré forfait à Kapas. Un seul magasin ouvert, un chinois, miracle il a des tongs et même une paire en 45, incroyable ! et…..même de la bière. Mais pas dans les frigos en vitrine, ah non, la dame va chercher ça au fin fond de sa maison, dans « son » frigo. Pour finir la soirée, et comme on commence à saturer du riz sous toutes ses formes, on se fait un KFC, c’est gras, c’est dégueu, mais ça change.