Différentes sortes de thé (600 x 450)

Nous avons une petite cinquantaine de km à faire, mais il nous faudra néanmoins 3h pour arriver à Haputale. BB dirait que les bus aussi au Sri Lanka c’est lent…… d’ailleurs il l’a dit. Nous avons réservé un hôtel qui n’est pas très bien noté sur booking, mais c’était le moins cher. Et on comprend de suite en arrivant pourquoi la note est si mauvaise. Chambre humide, limite en propreté, au bord de la route et pour couronner le tout, pas de wifi. Pas de wifi, mais je dois passer le blog, et puis quoi, sans wifi à l’heure où nous vivons, on se sent tout nu. Juste au dessus, il y a un autre hotel qui à meilleure mine. Je monte voir. 2 euros de plus mais quelle différence ! Ca n’est encore pas arrivé mais là on le fait. On dit qu’on ne reste pas, tant pis s’ils nous facturent la réservation. Et on s’installe au dessus, jolie maison, chambre petite mais qui ne sent pas l’humidité, accueil avec thé et gâteaux, non on ne regrette pas. Et la vue, waouh ! Haputale en elle-même n’a pas un charme fou mais elle est située sur une crète à 1500m d’altitude et la vue est époustouflante. Il ne nous est pas arrivé souvent de contempler une vue aussi extraordianaire. Nous allons acheter du thé à la factory de la ville, je peux m’atteler à la mise à jour du blog, puisqu’ici il y le wifi. Soirée sympa à regarder la vallée disparaitre dans la brume, puis agréable repas concocté par nos hôtes (bon évidemment c’est du riz), et dodo.

Haputale, hello sir Lipton

La vue est toujours aussi magique, le ciel est dégagé, une belle journée s’annonce. Le petit déjeuner est très copieux et typiquement Sri Lankais, des oignons avec du chili, du dhal, un curry de pommes de terre, du soja ,le tout avec du pain, des fruits, et…..du thé of course ! On se régale et c’est le ventre bien plein que nous descendons en ville prendre le bus pouraller à la tea factory créée en 1870 par Sir Thomas Lipton. Cefils d’épicier de Glasgow a très vite compris l’interêt de produire son propre thé. Aussi quand il a hérité de la chaine de 300 magasins de ses parents, il avait le circuit de distribution tout trouvé. Ne restait qu’à s’implanter au Sri Lanka, à Haputale dont le climat convenait parfaitement au thé, et l’affaire familiale est devenue la fortune que l’on sait. Nous montons tout d’abord jusqu’au promontoir à 1950 m d’altitude où le maître des lieux aimait, parait-il, perndre son thé du matin en contemplant son domaine. Puis nous descendons jusqu’à la factory et faisons la visite. Encore une, allez-vous penser. Oui c’est vrai mais celle-ci est emblématique. Elle est exactement comme en 1870, rien n’a été rénové, les vieilles machines tournent toujours, et les employés notent les chiffres du jour dans de gros livres de comptes, et même si la fabrique fait maintenant du thé pourdifférentes entreprises, le portrait du Sir trône toujours dans le bureau. Et puis, ici on voit les installations fonctionner, ce qui n’a pas toujours été le cas. Nous faisons une superbe balade parmi les théiers où les cueilleuses sont au boulot. De retour à Haputale, nous allons jusqu’à un monastère bénedictin, où il y a un monde fou. Peu de catholiques sans doute, mais beaucoup de musulmans, et même un bonze. On ne peut pas visiter l’intérieur du monastère mais les jardins sont très jolis. Une nouvelle soirée calme à la GH se prépare.

En bus

Nous avons toute la matinée avant notre bus pour Udawalawe, nous allons donc voir une cascade conseillée par notre logeur. Rien de bien extraordinaire mais ça nous occupe. De retour à Haputale, pendant que nous déjeunons, la pluie fait son apparition. Et comme chaque fois que cela arrive, on est loin du petit crachin breton. Des trombes d’eau ! Il nous faut pourtant retourner à la GH chercher nos sacs, nous investissons dans un parapluie, typiquemen Sri Lankais…….avec pour motifs la tour Eiffel. La pluie ne dure pas, comme toujours. Depuis Haputale, nous voyons où nous serons ce soir. A vol d’oiseau 50 km, mais en bus…….plus du double sans aucun doute. Lorsqu’il arrive à Haputale le bus est déjà bondé. On se motive pour faire la route debout…..3h30…..mais l’assitant du chauffeur nous installe un peti chiffon sur le passage de roue et nous nous asseyons par terre, on est toujours mieux que debout, mais parfois il faut bien ranger ses orteils, le bus se vide et se remplit à la même cadence. Le chauffeur montre quelques signes de fatigue, dans les lacets de la route qui nous descend de la montagne. Hop ! un petit coup de betel, et c’est Schumarer qui prend le volant. Nous arrivons à Udawalawe à 18h tapante, à 18h10 le propriétaire de la GH passe nous prendre, et à 18h20 nous sommes confortablement installés au calme dans la jungle. Un couple de jeunes français occupe la chambre à coté de la notre. Demain, nous partagerons avec eux la jeep qui nous fera faire le safari à la recherche des élephants et des autres animaux du Sri Lanka. Repas gastronomique, enfin c’est du rice and curry mais il est délicieux, préparé par la maman de notre hôte.