BB revient d'être allé faire pipi dehors

Bus public entre Monywa et Bagan. Qui dit bus public, dit 0 touriste, (enfin si 2), et tout plein de Birmans sympas, bus public sous entend confort minimum, temps maximum. Mais voyage authentique. Des Birmans qui vomissent tout le temps, d’autres qui dorment tout le temps, d’autres qui chiquent….tout le temps. Des arrêts on ne sait pas pourquoi faire. Le long de la route des barrages de villageois qui collectent de l’argent pour le monastère du village. Mais tellement collés serrés les uns aux autres que quand l’envie de pipi devient insoutenable (pour BB), il faut escalader les strapontins, passer par-dessus tout le monde pour atteindre la porte, se faire guider par un villageois jusqu’aux lieux d’aisance, et faire le même trajet en sens inverse une fois soulagé. Je rigolais bien. Bon la moyenne est toujours la même, au mieux 40km/h. Donc on arrive à Bagan en début d’aprem. Prise de possession de la chambre, puis du scooter électrique et on commence la visite de Bagan tant attendue. On avait peur d’être déçus par ce lieu tellement décrit dans les guides comme incontournable, magique, superbe, magnifique. Eh bien non ! Nous avons été comblés, ravis, enchantés. Mais que les hommes sont fous de construire des merveilles pareilles pour leur  Dieu, mais grand merci de l’avoir fait pour notre plus grand plaisir. Bagan est un site exceptionnel. Le coucher de soleil  lui donne des teintes superbes. Et que dire alors du lever de soleil….

Bagan, bis

Debouts ce matin à 5h. Scooter rechargé à bloc pendant la nuit. Nous partons à la recherche DU spot idéal pour admirer le soleil se lever. Après plusieurs déconvenues car les portes des pagodes où l’on espérait pouvoir monter étaient closes, nous rencontrons un gentil  monsieur (il espérait quand  même un pourboire)  qui nous guide jusqu’à une pagode où l’on peut monter sur le toit et attendre l’astre. Calme, sérénité. Le soleil se lève dévoilant les centaines de pagodes et de stupas endormis. Puis alors que le jour s’installe, les montgolfières emplissent le ciel. On en a compté 20. Oui les copains, certains d’entre vous se sont cotisés pour mon 60ème anniversaire afin de me faire prendre l’air ici. Mais vraiment les prix sont prohibitifs et nous avons repéré un autre spot au Sri Lanka pour réaliser ce cadeau. Il faudra attendre encore un peu donc pour les photos depuis le ciel. J’espère que vous ne m’en voulez pas. Nous passons la journée de découverte en découverte parmi la multitude de pagodes et stupas. Charmés ! Bilan de notre séjour à Bagan, Waouh ! on s’est déchaussés  des dizaines de fois pour entrer sur les sites (tongs obligatoires), on a fait plus de chemin pieds nus qu’avec nos tongs, mais on adoré ça. La soirée arrive, nous allons prendre une bière sur le port. Pas de coucher de soleil pour nous ce soir. On frôle l’overdose. Sur le retour, alors qu’on fait un point GPS, un touriste nous hèle. Nous l’avions rencontré à plusieurs reprises au Laos, et qu’on se retrouve 3 semaines plus tard sur un carrefour au Myanmar. Le monde est décidemment petit. Il nous reste 4 km pour rentrer. Mais la batterie du scooter montre des signes de faiblesse. Notre vitesse de croisière habituelle à 45 km/h, tombe à 25, puis 20, 15, 12. Arrivé à 10, je descends, et BB continue…..seul. Il reste 2 km à faire, sans mon poids il arrive à avancer….un peu. Arrivée à l’hôtel, je suis étonnée de ne pas le trouver. Nous partons avec le réceptionniste et une batterie de rechange quand BB arrive à petite vitesse. Il n’allait pourtant pas vite, néanmoins il a raté l’hôtel et est allé trop loin. Il est donc rentré après moi et à coté du scoot. Demain matin nous partons de Bagan comblés et avant d’avoir une indigestion de pagodes. Direction Pyay, qui ne sera qu’une étape vers le golfe de Bengale pour changer d’ambiance.